Nous avons tous à apprendre les uns des autres

Jour­nal de cam­pagne de Corinne Far­quhar­son et de Patrick Morier-Genoud

Can­di­date et can­di­dat d’Echallens Autrement pour le Con­seil com­mu­nal et la Municipalité

Corinne Far­quhar­son a peint «Echal­lens Autrement» sur la palette qui por­tait nos affich­es au bord de la Route d’Yver­don avant qu’on nous les vole.

Jeu­di 25 févri­er (bis)

Après une agréable mat­inée passée au marché – il fai­sait beau, les gens étaient sym­pa­thiques, Corinne va pein­dre «Echal­lens Autrement» sur la palette qui por­tait nos affich­es tan­dis que Patrick la pho­togra­phie. Au sein d’Echallens Autrement, la répar­ti­tion des tâch­es tient peu compte des genres…

A 18h30, nous nous retrou­vons dans la grande salle de la mai­son de Babeth où nous avons invité les gens intéressés par notre can­di­da­ture à la Munic­i­pal­ité à nous ren­con­tr­er. Deux mem­bres de L’Entente vien­nent dis­cuter avec nous, Serge et Quentin Wenger. 

Serge nous demande quelle serait notre atti­tude face à la col­lé­gial­ité si nous étions élus à la Munic­i­pal­ité. Nous lui répon­dons en chœur que nous la respecte­ri­ons, bien sûr, comme la loi nous enjoint à le faire. Mais que nous débat­trons pied à pied avec nos col­lègues en cas de diver­gence d’opinion.

La con­ver­sa­tion se porte ensuite sur le sujet de L’Entente. Pour nous, vu de l’extérieur, il s’agit d’un mou­ve­ment mono­lithique, rég­nant en maître sur Echal­lens car pos­sé­dant la majorité du Con­seil com­mu­nal et l’entier de la Munic­i­pal­ité. Serge et Quentin nous expliquent que, vu de l’intérieur, ce n’est pas tout à fait la même chose. Qu’il y a des ten­dances au sein de L’Entente, des avis con­traires, des sen­si­bil­ités différentes.

Nous les écou­tons atten­tive­ment. Nous essayerons désor­mais de ne pas «essen­tialis­er» les mem­bres de L’Entente. De ne pas les «résumer» à leur appar­te­nance poli­tique, de recon­naître leur libre arbi­tre indi­vidu­el. Parce que nous aus­si, ça nous blesse d’être réi­fiés dans un rôle d’opposants sans propo­si­tion, de cri­tiqueurs par facilité.

Cet agréable et très intéres­sant échange de points de vue nous con­forte dans l’idée qu’une  com­mu­ni­ca­tion sans tabous est essen­tielle. Entre les mem­bres des dif­férents mou­ve­ments et par­tis, bien sûr, mais égale­ment avec les citoyennes et les citoyens challensois.

C’est ce que nous nous enga­geons à faire si nous sommes élus. 

1 Comment

Comments are closed.

Echallens Autrement